Énergie : huit nouvelles communes passeront au “gaz riche” en 2021

Après Koekelberg, Berchem et Molenbeek, au mois de septembre, c’est au tour de Jette, Ganshoren, Laeken, Neder-over-Hembeek, Haren, Schaerbeek, Saint-Josse, Evere, Anderlecht, Saint-Gilles et Bruxelles-Ville de passer au “gaz riche” cette année.

Chaque ménage bruxellois concerné a en principe reçu une lettre de Sibelga l’invitant à faire vérifier la compatibilité de son installation avec le gaz riche. Un rappel envoyé 3 à 4 mois avant la conversion effective. Selon la société de distribution Sibelga, cette conversion n’aura aucun impact sur la facture énergétique.

Il s’agit d’une transition vers un autre type de gaz naturel permettant à l’ensemble des utilisateurs de conserver leur approvisionnement en énergie. La Région bruxelloise, comme une bonne partie de la Belgique, est alimentée depuis des années en gaz pauvre provenant des Pays-Bas. Mais en raison d’une diminution de ses réserves, le gouvernement néerlandais a décidé en 2016 de réduire progressivement ses exportations à partir de 2024, avec un arrêt définitif en 2030. Pour garantir la sécurité d’approvisionnement, il a dès lors été décidé de se tourner vers d’autres pays producteurs, comme la Norvège, le Royaume-Uni ou le Qatar, qui disposent de gaz riche.

Les consommateurs sont invités à faire vérifier la compatibilité de leurs installations avec ce nouveau combustible. En principe, 98% des appareils au gaz sont prêts à la conversion, moyennant ou non quelques réglages. Tous les appareils vendus en Belgique depuis 1978 sont théoriquement compatibles avec les deux gaz.

En 2022, ce sera alors au tour de Forest, Uccle, Ixelles, Etterbeek, Auderghem, Watermael-Boitsfort, et les deux Woluwe de suivre le mouvement. Au total, ce sont 500.000 ménages bruxellois qui seront amenés à vivre cette transition sur trois ans.

Rédaction 

Partager l'article

01 mars 2021 - 15h26